translator

 

PAGE d'ACCUEIL

 

SOMMAIRE

 

Dernières rentrées

 

  insignes  humoristiques 

 

insignes non-identifiés

 

Honneur au RICM

 

Honneur au RMLE-3°REI  

Répertoire des promotions de l'École Spéciale Militaire de St-Cyr

 

Réflexions et Pensées

 

recueil d'historiques régimentaires

 

Liens vers des sites...      

page 01                   page 02 

page 03

page 04

page 05

page 06

page 07

page 08

page 09

 

 

 

 

 


Quelques historiques Légion

Le Groupement des Compagnies Portées de la Légion Etrangère du Maroc :

Le 1er juin 1944 est formé à Fès et à Midelt le Groupement des Compagnies Montées et Portées du 3° R.E.I.
Il comprend les 13°, 14° et 15° Compagnies Portées ainsi que la 8° Compagnie Montée du 3° R.E.I, unités dissoutes en 1940.

En 1946, la 8° Compagnie Mixte-Montée est rattachée à la 4° DBLE, puis au 4° R.E.I et le Groupement est transfèré de Fès à Agadir.

Par décision ministérielle du 3 septembre 1946, il devient Groupement des Compagnies Portées de Légion étrangère du Maroc (G.C.P.L.E.M.) puis, en juillet 1947, Groupement Porté de Légion étrangère du Maroc (G.P.L.E.M.) .

GCPLEM_D.jpg

Le 22eme Bataillon de Génie-Légion.

Son origine se retrouve dans la 15° Compagnie d'Entretien du Génie créé le 15 décembre 1947 implanté à Haiphong (Tonkin).

Dissoute le 31 octobre 1952, elle donne naissance au 22° Bataillon de Génie-Légion.

Il poursuit des missions conformes à sa vocation dans le tonkinois.

Composé d'une Compagnie d'Equipement de Ponts et d'une Compagnie de Parc-atelier.

En 1954, le 22° est renforcé d'une Compagnie de Services et d'une Compagnie de Transport de Ponts.

Le bataillon est dissous en 1955.

22e_Bataillon_Genie_Legion_AB_1024_b.jpg

Le 76eme Bataillon du Génie-Légion.

En date du 8 juin 1951, il est prescrit la formation de trois unités, autonomes, pour effectuer des travaux d'infrastructure aérienne.

A la date du 1er juillet de la même année les compagnies ainsi constituées portent le numéro du 76° Bataillon, et comme le personnel légionnaire y est majoritaire,  l'ensemble est dénommé 76° Bataillon du Génie-Légion.

Les trois compagnies qui portent son numéro sont :

La Compagnie du Génie-Légion N° 76/1, devenue par la suite compagnie du génie des aérodromes. Des légionnaires y sont affectés avec des autochtones et des sous-officiers du génie métropolitain.

La Compagnie du Génie-Légion N° 76/2, stationnée surtout en Annam puis en Cochinchine.

La Compagnie du Génie-Légion N° 76/3, enfin, qui perdra son appellation le 1er octobre 1954.

76e_Bataillon_Genie_Legion_EO_DOM_Dep.jpg 76-3_Bat_Genie_Air_EO_Locale_c.JPG

 

Le 1° Bataillon d'Ouvriers du Service du Matériel.

Créé le 1er février I947, par changement de dénomination du 651° Bataillon de Réparation du Matériel venant de Villingen (Allemagne), le 1° Bataillon d'Ouvriers du Service du Matériel est basé à Saigon en Cochinchine.

Au début de son implantation en Extrême-Orient aucune formation de Légion n'en faisait partie.

Ce n'est que le 1°mai 1947 que la 723° Compagnie de Réparation Automobile lui est rattaché et ce, jusqu'au 31 décembre 1948.

Le 1er avril 1951, il devient 1° Bataillon de Réparation du Matériel (1°BRM). Aucune formation Légion ne lui est rattaché officiellement.

Le 1°BRM est dissous le 31 décembre 1955.

1e_BOSM_D_Ber_618.jpg 1e_BRM_DOM_Dep_618.jpg

Le Groupe Mobile n°4.

Créés après la destruction de la R.C 4, les groupes mobiles sont des unités tactiques inspirés de l'épopée de la pacification du Maroc.

Ils comprenaient trois ou quatre bataillons d'infanterie, des batteries d'artillerie, des éléments de génie, renforcés éventuellement par des moyens blindés ou amphibies.

Constitué en novembre 1950, le Groupe Mobile N° 4 est composé de troupe nord-africaine d'infanterie, d'artillerie coloniale, et de la Légion étrangère.

Y seront affectés : le 2° bataillon de la 13° D.B.L.E, puis le 2° bataillon du 2° REI, en avril 1952, venu du Sud-Vietnam.

En 1953, le 2° bataillon du 2° REI quitte le groupe, remplacé par le 3° bataillon du 3° REI.

Le GM 4 sera dissous en octobre 1954.

GM_4_avec%20grenade_DOM.jpg

 

Le Détachement de Légion Etrangère de Mayotte

créé en 1973 à partir de la 2° compagnie du 3° REI, il s'est implanté dans l'archipel des Comores avant de se replier à Mayotte et devenir DLEM en 1976.

 Il a relevé les traditions et le drapeau du 2° Régiment Etranger de Cavalerie, dissous en 1962, après une brillante campagne Algérienne.

Est inscrit sur son étendard : Camerone 1863.

DLEM_grenade_relief_Guymo_2488.jpg

Le 1° Régiment étranger de Cavalerie

("Le blindé de la Légion"), est héritier du "Royal Etranger de Cavalerie" (1659) et des escadrons montés de la légion étrangère.

Le 1° R.E.C a été créé à Sousse (Tunisie) en 1921. Il a ensuite participé aux campagnes du Levant, du Maroc, de France et d'Allemagne (5° D.B), d' Indochine et d'Algérie et, plus récemment, aux opérations du Tchad (1978-80), du Liban(1983-84), de Daguet (1991) et du Cambodge (1993).

Régiment blindé, il tient garnison à Orange depuis 1968.

Son drapeau est décoré de la fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1939/1945, fourragère de la croix de guerre des TOE,
croix de guerre 1939/1945 avec 3 palmes,
croix de guerre des TOE avec 3 palmes.

Les inscriptions à son drapeau sont :

Camerone 1863 

Levant 1925/1926 

Maroc 1925/1927/1930/1934 

Ousselstia 1943 

Colmar 1945 

Stuttgart 1945 

Indochine 1947/1954

Le 4° Escadron du 1° REC a été cité à l'ordre de la brigade et décoré de la croix de guerre des théatres d'operations extérieures pour son engagement en 1999 au Kosovo.

Les escadrons à cheval constitués en 1920 à Saida, au sein du 2° étranger sont regroupés en Tunisie et forment en 1921 un nouveau corps : le 1° Régiment Etranger de Cavalerie (1er R.E.C.).

La garnison principale du régiment s'implante à Sousse.

En 1925 il est engagé simultanément sur deux théâtres d'opérations : En Syrie, et au Maroc.

Deux escadrons motorisés, créés en I929, prouvent leur valeur dans le Sud-Marocain.

En 1939, un groupe forme le 2° R.E.C., puis les deux régiments donnent naissance au G.R.D. N° 97 dont les combats sur la Somme en mai 1940 sont récompensés par une citation à l'ordre de l'armée.

A l'heure de l'Armistice, les survivants du G.R.D. et les éléments du 2° R.E.C. dissous, sont affectés au 1° R.E.C qui forme au Maroc trois groupes distincts (à cheval, porté et mécanique).

En 1943, le 1° R.E.C. reçoit un matériel moderne et forme le régiment de reconnaissance de la 5° division blindée.

Puis, en septembre I944, le 1° R.E.C. débarque sur les côtes de Provence et s'élance dans la campagne de la libération de la France.

Le régiment se couvre de gloire, libère Colmar, et pénètre en Allemagne jusqu'en Autriche, à la tête des Unités Blindées de la 1° Armée.

A la fin de la guerre son étendard porte deux nouvelles palmes et la fourragère de la Croix de guerre de 1939-1945.

Une autre guerre débute, plus insidieuse et lointaine. Le régiment embarque en décembre I946 à destination de l'Indochine.

L'année 1947 voit la montée en puissance et l'éclatement du régiment.

Répartis sur tous les théâtres, les 18 escadrons qui servent sous l'insigne et l'étendard du 1° R.E.C. participent pendant neuf ans aux durs combats de l'armée française en Indochine.

Trois nouvelles citations à l'ordre de l'armée et la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre des T.O.E ornent la cravate de son glorieux emblème.

En décembre I955, le régiment quitte cette terre où il a prouvé une fois de plus son efficacité.

Regroupé en afrique du nord il participe aux opérations de maintien de l'ordre en Tunisie.

Egalement corps de réserve générale, il participe à ce titre à des opérations d'envergure en 1959.

Le régiment se regroupe en 1963, dans l'enclave francaise de la base de Mers-el-Kébir.

Le 22 octobre 1967, le 1° R.E.C. arrive à Orange.

Jusqu'en 1975, le régiment s'adapte à ses nouvelles missions.

Affecté à la 4e division d'infanterie le 1° janvier 1976, le 1° R.E.C. retrouve l'Afrique, la même année à Djibouti, puis à Mayotte.

En 1978 et 1979, il est engagé au Tchad où il est cité à l'ordre de l'armée.

Jusqu'en 1982, il assure tout à la fois ses missions au sein de la 14e D.l. et le cycle des séjours outre-mer.

1e_REC_T1_rond_vert_clair_AB_P.jpg 1e_REC_T2_ovale_vert_fonce_D.jpg

Le 2° Régiment étranger de Cavalerie

est né le 1° juillet 1939 par les 3°, 4° et 5° escadrons du 1° REC formant un nouveau corps.

Dissous en 1940 par la commission d'armistice, il renaît le 1° juin 1946.

Implanté à Oujda, il participe aux activités des troupes du Maroc et prépare les renforts destinés à son aîné, le 1° R.E.C engagé en lndochine.

Dirigé sur l'Algérie, le 20 septembre I956, il montra sa valeur dans les secteurs de Négrine, Laghouat, Bou-Saàda.

La réorganisation de la Légion après le cessez-le-feu, entraîne sa dissolution le 31 juillet 1962.

2e_REC_ev_grenade_a_plat_AB_299.jpg

Voir également La Campagne du Mexique

Envoyez un courrier électronique à :

lezin.denis@gmail.com

  pour toute question ou remarque concernant ce site Web

"Collections d'Insignes et Souvenirs Militaires" de "Histoire et Symbolique Militairehttp://dlezin.free.fr  

cliquez sur l'image. Donnez votre avis.

Si mon site vous a plu, intéressé, ou au contraire vous a choqué, révolté,

si vous avez des critiques ou des remarques à faire, ou des suggestions,

"Contactez-moi"

lezin.denis@gmail.com

 

Je recevrai volontiers tous vos commentaires et observations.

Je compte sur vos critiques et/ou encouragements, sur vos suggestions et vos conseils pour améliorer ce qui peut ou doit l'être.  

Copyright © 2000 à ce jour. Tous droits de reproductions (textes et photos) sont réservés pour tous pays, sauf autorisation écrite de l'auteur.

Ce site est une base de données produite par l'auteur au sens de l'article L341-1 du code de la propriété intellectuelle. Egalement considéré comme oeuvre de l'esprit au sens de l'article L112-2 du code de la propriété intellectuelle.

Dernière modification lundi 5 août 2013