translator

PAGE d'ACCUEIL

 

SOMMAIRE

Dernières rentrées

  insignes  humoristiques 

insignes non-identifiés

 

Honneur au RICM

 

Honneur au RMLE-3°REI  

Répertoire des promotions de l'École Spéciale Militaire de St-Cyr

Réflexions et Pensées

recueil d'historiques régimentaires

Liens vers des sites...      

page 01                   page 02 

page 03

page 04

page 05

page 06

page 07

page 08

page 09


Insigne non-identifié 002

devient insigne identifié 197

FSC_606_devise_Rebatir   

sigle: FSC (606 ?).

Devise "Rebâtir". Fabricant Courtois.

Nous avons découvert une hypothèse tentante : Foyer du Soldat de Coblence, en 1944,  insigne matriculé, non homologué.

Toutefois, la devise "Rebâtir" ne nous semble pas devoir s'appliquer à une unité du Foyer du Soldat.

Néanmoins, il est exact qu'à cette époque-là, l'Allemagne était à rebâtir et que de nombreuses unités de l'armée française s'y employaient assidument. Donc, il serait intéressant de savoir de quelle unité dépendait ce Foyer du Soldat. Vraisemblablement d'une unité de "bâtisseurs".

Mais voici que notre ami, Poutiers Jean-Claude, vient nous faire part de ses réflexions, et nous l'en remercions. Laissons-lui la parole :"

L’hypothèse proposée est celle d’un Foyer du Soldat à Coblence, uniquement basé sur le sigle FSC (mais pourquoi pas Compiègne, Calais ou Cucuron-les-Olivettes ?). Or, je constate la présence de deux éléments :

-        a- la forme de l’écu. C’est celle de la plupart des insignes en écu de l’époque de la fin de la Guerre, d’Overlord à l’occupation de l’Allemagne (reportez-vous, par exemple, à l’évolution de l’insigne du SHAEFE de sa période londonienne à son installation à Berlin) avec un chef en arcature convexe portant une devise, un identifiant (le POLSKA de la 1ère BrIPl) ou un symbole en bandes colorées (arc-en-ciel du SHAEFE, tricolore de l’E-M de Koenig, etc). La datation proposée serait donc confirmée.

-        b- le symbole et les couleurs sont ceux des demi-Brigades, Bataillons et Compagnies de Sécurité. Ces unités, formées par l’amalgame des FFI/FFL (il y avait en France occupée des réseaux qui relevaient des FFL, comme par exemple la célèbre CND-Castille du Colonel Rémy), réservistes rappelés et engagés volontaires, ont été soit versées dans l’armée régulière soit versées dans les forces de Police sous le nom de Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS). Le flambeau/torchère est encore l’emblème des CRS. Le même symbole du flambeau se retrouve sur les bornes kilométriques de la Voie de la liberté (km 0 à Utah Beach) mais aussi sur votre insigne non-identifié n°165. Ce dernier insigne serait-il à mettre en rapport avec un centre d’instruction des FLC (Forces de Libération Combattantes) de 1944-45 ? Il a existé des « écoles » très temporaires à Rennes, à Bayeux, à Rouen et à Laval.

Peut-être sommes-nous en présence d’un insigne de ce type d’unité. La devise « Rebâtir » serait alors plus conforme à l’esprit du temps (plutôt qu’un « rebâtir … l’Allemagne »). Par contre, la résolution du sigle FSC n’est pas résolue pour autant : Forces de Sécurité Combattantes ? J’avoue ma faiblesse sur ce point.

Voici ce que je donne sur ce point dans mon « Armorial de Granville (Manche) », encore à l’état de manuscrit, dans lequel je tente de rassembler non seulement les blasons mais aussi les drapeaux et insignes de toutes sortes :

Garnison française : 2ème Compagnie du Bataillon de Sécurité de la Manche,

Le 1° février 1944, le Général de Gaulle décrète à Londres la fusion des FTP au sein des FFI et l’Ordonnance d’Alger du 9 juin 1944 incorpore les FFI et leur commandement à l’armée française. En conséquence, le SHAEFE se réunit à Londres le 17 juin 1944 et nomme le Général Koenig responsable de toutes les unités FFI qui sont ainsi reconnues officiellement comme des troupes régulières (auxquelles s’applique désormais le droit de la guerre) faisant partie du corps expéditionnaire allié et placées sous le haut commandement du Général Eisenhower. En septembre 1944 les Compagnies et Demi-Brigades FFI sont formées en Compagnies et Bataillons de Marche de Régiments reconstitués, ou en Compagnies et Bataillons de Sécurité qui remplacent les anciens GMR (Groupements Mobiles de Réserve) de l’Etat Français. Le commandement de ces diverses unités est assuré par un amalgame d’officiers FFI et d’officiers d’active rappelés (surnommés « les naphtalinés» par les anciens maquisards qui les acceptent mal). Sauf quelques exceptions, les Bataillons de Sécurité sont dissous lors de la démobilisation de l’été 1945, mais subsiste une force de maintien de l’ordre, au statut ambigu (personnel civil relevant de la Police Nationale et organisé militairement), qui porte depuis le Décret du 8 décembre 1944 le nom de Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS). 

A Granville, la Compagnie de Sécurité, qui avait pris ses quartiers dans les casernes du Roc, n’a pas été réellement capable de participer aux rares tentatives de résistance au raid allemand du 8 mars 1945 : la surprise a été totale, et le seul fait d’arme remarquable est une blessure que s’est infligée un garde de la Compagnie de Sécurité en se tirant une balle dans le pied ….

torchere_Cie_de_Securite

Insigne des Bataillons et Compagnies de Sécurité : écusson (ovale, losange ou cercle) bleu ou bleu céleste, parfois liseré de blanc, portant un flambeau de la Liberté d’argent enflammé de rouge. L’écu est parfois cousu sur l’insigne de manche des Forces Françaises intégrées (croix de Lorraine surmontant le V de la victoire, le tout rouge). Cet écusson est toujours, après quelques modifications mineures, l’emblème des CRS.

Drapeau_2e_Bat_Securite_de_la_Manche

Drapeau du 2ème Bataillon de Sécurité de la Manche : drapeau tricolore frappé d’une croix de Lorraine rouge soutenue par un V également rouge. Inscription  2ème Bon de Sécurité (en chef) de la Manche (en pointe) en lettres noires sur un ruban blanc brochant. Ce drapeau, non officiel mais attesté par quelques rares photographies, pourrait être un drapeau FFI, ou l’un des nombreux drapeaux privés qui ont été confectionnés lors de la Libération, et complété par l’inscription rajoutée plus tard.

Uniforme : l’équipement disparate des FFI, en partie récupéré sur l’ennemi, est remplacé, au fur et à mesure que les Demi-Brigades et Bataillons de l’Ouest réduisent les poches allemandes et libèrent les anciens dépôts de matériel de l’armée française (en grande partie intacts depuis 1940). Les troupes sont alors équipées d’anciens uniformes ‘kaki-terre’ avec casque bourguignotte, bandes molletières et godillots. Certaines unités reçoivent des pièces – souvent dépareillées - d’uniformes américains et parfois anglais : les guêtres remportent un vif succès...

Capitaine de Saint-Amand : Commandant la 2ème Cie du 2ème Bataillon de Sécurité de la Manche

Mais voici que dans une bibliothèque où je "chinais" comme à mon accoutumé, je "tombe" sur un opuscule intitulé "Foyer du Soldat de Coblence" avec la

Foyer_du_Soldat_Coblence_Rebatir_1944-1945_couverture_marron

 photo de notre insigne. Voyez : la devise est bien "Rebâtir" mais il n'y a pas de numéro.


Comme quoi, après tant d'années de recherche me voici récompensé !

Merci Denis !

page précédente insigne non-identifié

page suivante insigne non-identifié

Envoyez un courrier électronique à :

lezin.denis@gmail.com

  pour toute question ou remarque concernant ce site Web

"Collections d'Insignes et Souvenirs Militaires" de "Histoire et Symbolique Militairehttp://dlezin.free.fr  

anarule.gif

cliquez sur l'image. Donnez votre avis.

Si mon site vous a plu, intéressé, ou au contraire vous a choqué, révolté,

si vous avez des critiques ou des remarques à faire, ou des suggestions,

"Contactez-moi"

lezin.denis@gmail.com

 

Je recevrai volontiers tous vos commentaires et observations.

Je compte sur vos critiques et/ou encouragements, sur vos suggestions et vos conseils pour améliorer ce qui peut ou doit l'être.  

anarule.gif

Copyright © 2000 à ce jour. Tous droits de reproductions (textes et photos) sont réservés pour tous pays, sauf autorisation écrite de l'auteur.

Ce site est une base de données produite par l'auteur au sens de l'article L341-1 du code de la propriété intellectuelle. Egalement considéré comme oeuvre de l'esprit au sens de l'article L112-2 du code de la propriété intellectuelle.